L'expérience de location saisonnière de Nathan

50% d'augmentation de rentabilité à Montréal

Avant Luckey, Nathan gagnait 750$ par mois avec son appartement situe près du parc Olympique de Montréal. Aujourd'hui, il gagne 1170$, soit plus de 50% d'augmentation.

Les problématiques rencontrées

Première difficulté rencontrée par Nathan : la recherche d’un locataire. Son père ayant déjà un parc immobilier, Nathan connaît les ficelles du milieu. Entre les refus de dossiers et les propositions de locations à des prix inférieurs au prix souhaité, Nathan a perdu 2 mois de loyers avant de trouver un locataire engagé sur un bail d’un an.

Malgré l’assurance de revenus réguliers, Nathan ressentait une certaine frustration puisqu'il n'était pas en mesure de faire profiter sa famille de son appartement lors de leurs séjours à Montréal. De plus, la perspective de devoir retrouver un locataire tous les ans l’effrayait un peu. Les défauts de paiements représentaient aussi une menace constante. Quant au préjudice financier, il pouvait rapidement devenir très lourd à porter avec un emprunt bancaire à rembourser.

Son locataire a finalement décidé de ne pas renouveler le bail après 1 an (départ Juin 2017 à la fin de l’année universitaire).


Le choix de la location courte durée

Nathan avait déjà pensé à la location saisonnière, mais il avait conscience du temps nécessaire à consacrer à cette activité (réponses aux messages et aux demandes de réservations, accueil, ménage, gestion des prix etc.), incompatible avec sa profession. Sans compter la distance le séparant de son logement lors de ses nombreux déplacements professionnels.

Nathan a connu Luckey Homes via l’un des locataires de son père ,qui propose lui même son appartement principal (avec son accord) en location courte durée (le temps des vacances scolaires).

Nathan nous a donc sollicité pour intervenir dans le processus de location courte durée de son appartement montréalais sur les plateformes spécialisées en location courte durée. Après tout, quel risque prenait-il ? Si cela ne marchait pas comme il le voulait, basculer de nouveau vers la location traditionnelle était toujours possible : il n’y a aucun engagement avec Luckey Homes.


Les résultats obtenus

Avec un démarrage très rapide lors du 3ème trimestre 2017 (revenu net moyen mensuel de 1000$), Nathan a vu ses revenus augmenter progressivement de pair avec l’amélioration du référencement de ses annonces, grâce aux excellents commentaires de ses voyageurs.

Sur la fin d’année 2017 et début 2018, Nathan a dégagé un revenu moyen net mensuel de 1176$, soit une augmentation de 56% par rapport à ce qu’il percevait en location traditionnelle (reste à sa charge internet et l’électricité et charges éventuelles). Grâce aux bons commentaires sur les annonces, son revenu moyen devrait progresser l'année prochaine.

Son appartement est à présent auto-financé par ses locations saisonnières. Et Nathan a même été en mesure de retourner chez lui avec sa famille à quelques reprises lorsqu’il le souhaitait : il devait simplement bloquer ses dates sur l’application Luckey Homes.

C’est donc une expérience réussie pour Nathan qui a gagné sur tous les tableaux, et la location courte durée ne lui a demandé aucun effort.

Êtes-vous prêt à vous libérer des contraintes de la location courte durée et à augmenter la rentabilité de votre bien ?

Vu sur

Où souhaitez-vous faire de la location courte durée ?

Nous intégrons la famille Airbnb
Nous sommes heureux d'annoncer le rachat de Luckey par Airbnb pour permettre à chacun de partager son logement simplement.
Lire plus